jeudi 18 août 2016

Too many reference points for the early Mark Wastell's Confront Records label, sorry !

My Confront Records early days

The first time I heard of Mark Wastell was from his collaboration with Trevor Taylor ‘s Avant Magazine and FMR CD-label & mailservice  (Future Music Records). Their very first Compact Disc was also one of the very first free improvised music CD ever issued in 1988, Eleven Years From Yesterday with violonist Phil Wachsmann, cellist Marcio Mattos, guitarist Ian Brighton, percussionnist Trevor Taylor and pianist Pete Jacobsen. Phil, Marcio, Ian and Trevor had a longstanding musical relationship since around 1973 : Phil and Ian played in the legendary Incus 12 Balance album and in Tony Oxley ‘s February Papers / Incus 18. This quartet performed recently at Café Oto in 2016, but they never managed to make a recording until 1988. The next CD, with one or two of these musicians, which came to my attention was Icarus on FMR Records. It was Phil Wachsmann, singer Carol Ann Jackson, bass player Roger Curphy, Trevor Taylor and a young newcomer on cello, Mark Wastell who was also working as writer and interviewer in Avant. The second evidence of Mark’s activity was a track issued in one of Avant Magazine ‘s CD Gift, a sort of anthology of artists linked with the magazine and FMR : there were a John Russell track, an Eddie Prévost track and a trio with pianist Veryan Weston, Mark Wastell on cello and Robin Musgrove, one of the drummers of the John Stevens’s Little Theatre Club era. So, reading avidly the listings of CD’s in sale at FMR/ Avant, I noticed a new label, 2:13 Records, managed by younger artists from Berlin and London. So I ordered Nunc, a German quartet, with Burkhard Beins, percussion, Martin Pfleiderer, soprano and tenor sax, Michael Renkel, guitar and Wolfgang Ritthof, voice. I learned from the cover that 2 :13 Music label was operated by John Bissett in London and Burkhard Beins in Berlin and from Avant that the name of the label came from a Church clock blocked on 2 :13 and located in the St Michael & All Angels Church where Mark, Rhodri and others organized and performed free improvised music gigs. This NUNC quartet sounded quite radical, more so than most of FMP recent productions or even Incus duos with Derek Bailey. At the time I heard just one great trio on FMP called Comité Imaginaire by Holz für Europa with Wolfgang Fuchs, Hans Koch and Peter Van Bergen and that’s it ! I bought this cd in the Mole Jazz shop on Gray’s Inn Road along with Dada Da of Phil Minton and Roger Turner, the very first recording of improvised music recorded by Martin Davidson himself, following Martin’s return in London and just before the launch of the newly digital Emanem label which changed the face of British  recorded free improvised music in the late nineties and 2000’s. So it was a strong second wave of bigger interest in « the » music  since it growed in the mid seventies with Evan, Derek, Lol, AMM, John, Trevor, Rutherford, Lytton, Oxley, McGregor, Moholo, Ossie, Maggie, Phil and Phil and Roger ! Strangely, I bought these two cd’s the same day when I saw Mark Wastell in the flesh for the first time in the Red Rose. Roger Turner and John Russell were on the bill on a Mopomso gig but Roger’s fly from touring abroad was late and Mark brought him kindly with his car at the last minute. Since then, I knew that Mark, one of the few new young players of his generation, behave at the service of the community.
Avant published also an ad for the UK tour of Phil Durrant, Burkhard Beins, Michael Renkel and a fourth artist, perhaps Rhodri Davies and it was something fresh in the air. 

So next time, I read that a new CD was out on Mark Wastell’s imprint, Confront Records with the number Front 05. It was  Assumed Possibilities with Chris Burn, piano,  Rhodri Davies, harp, Phil Durrant, violin and Mark Wastell cello recorded in 1998. A cheap white cardboard digipack with the black and  white cover – text only pasted on it and treasuring quite spaced and raw sounds from alternative techniques’ instrumental manœuvres : restraint, exploratory, challenging. Chris played the innards,  Rhodri ‘s sounds seemed coming from a strange machine and Phil was more extreme than with his tenure in the trio with John Russell and John Butcher. The listening requested more concentration and  close listening than many recordings of the older generation. So I tried to get other recordings of Confront but they were already sold out. So I found Ghost Notes of the IST trio on Bruce’sFingers/BF28 with both Mark, Rhodri and bassist Simon H Fell with compositions for improvisers. And also All Angels on EDO with Rhodri, his sister Angarhad Davies on violin and cellist Nikos Veliotis, as the Cranc trio. This latter album sounded absolutely great and retrospectively like the last « classical » free improvisation recording from these players ever, before they shifted to new aesthetics. Also of interest and bought from FMR, two new 2 :13 Music issues :  the manifesto of the future Berlin Reductionnism: Möwen & Moos (2 :13 Music cd 008/009 ltd edition of 150 1999) and Odyn Galch, music for Harp and Guitar (2 :13CD010) by Rhodri Davies and guitarist John Bissett, to this day still the responsible of 2 :13 Music. Möwen & Moos is a very spaced and subdued duo music, litterally scratching lightly the surfaces of the instruments, by  Activity Center, the duo of percussionnist Burkhard Beins and guitarist Michael Renkel. The artwork paper packaging was very much complicated to unfold !  Just after this, there was the Raducalisation of Mr Malfatti and the acknowledgment of the work, ethics and practice of AMM’s Eddie Prévost and Keith Rowe by younger players and listeners. Suddenly many people played closer to silence and drones.  

And from then I got the feeling that this nucleus of players become a real new wave in the field of improvisation, specially when I ordered and listened to the first The Sealed Knot, 21 :11 of new music by a new trio with Burkhard Beins, Rhodri Davies and Mark Wastell, reference number Front 06 on Confront and recorded at All Angels the 14th april 2000. This sounds like another world inside the improvised galaxy and the resonant acoustics of the church wasn't foreign with the idiosyncracies of the music. I loved this recording a lot because of his soft noise aesthetic and the great use of silence or playing on the border of silence. The harmonics of Rhodri's harp, his bowing on the strings with resonant objects, the small sounds and high metallic hits of Burkhard, his use of the bow and Mark Wastell restraint on the cello. My friend Tim Fletcher had recorded this concert as he did very kindly with other gigs in these recordings mentionned here. 

So, an earlier recording of IST of 1995 went issued on vinyle by the U.S. label SIWA,  launching the then microcosmic interest in new vinyles in the digital sea. This lp, Anagrams To Avoid, was recorded at Soundworld in Chelmsford, the premises of FMR/Avant. I swapped this item later on around 2007 against a part of my share from the sales of my CD with John Russell and Jean Demey, Mercelis Concert. Sound 323 sold at least ten numbers. Then, I attended many  Freedom Of The City festivals in London and caught Mark's performances. Firstly in 2001, the Quatuor Accorde (Phil Durrant, Mark Wastell, Charlotte Hug and Tony Wren) and the Chris Burn Ensemble with John Butcher, Mark Wastell, John Russell, Chris Burn piano & percussion, Matt Hutchinson on synthesizer & electronics. This set went in the Horizontal White CD on Emanem, the only totally free improvised Chris Burn Ensemble recording. All these guys plus Phil Durrant, Rhodri, Axel Dörner, Marcio Mattos and Jim Denley were  playing in a great CBE's Navigations Cd on Acta. The Quatuor Accorde had a nice issue on Emanem, Angel Gate and later Emanem issued a great anthology double cd with All Angels' performances of solos and duos with Butcher, Prévost, Tomlinson, Sanders, Turner, Beresford, Fabienne Audéoud, Matt Hutchinson, Oren Marshall and Veryan Weston at the church organ (All Angels 1999-2001 Emanem 4209). These performances sounded often in the musical spirit of their organizers, Rhodri Davies and Mark Wastell.
The following year, 2002, in the same FOTC, performed a nice duet of Mark Wastell and his dear friend trumpet player Matt Davis. Very restrained music on the border of silence with few movements and zero agitation. I had just listened to Mute Correspondance, a great album of Matt Davis with dancer Rosa Muñoz, being Front 007 (although the formers were numbered 05, 06) with a very creative translucid packaging/cover sleeve with notes. Matt Davis told me that, for himself, the duo of Veryan Weston and Trevor Watts played the greatest music in the FOTC 2002. Other 2001 recordings of note to be issued was Surface Plane of Beins/Davies/Wastell on Meniscus which sounded a bit like electronic music with lots of semi silent sequences, for myself I tagged this as softnoise, as it focused on timbres, textures and light strokes rather than pitch, pulse and motion. And of couse Incus issued a new Company double CD, Company in Marseille (Incus 44) with no one else than the whole IST trio : Rhodri, Mark and Simon with Derek Bailey  and tap dancer Will Gaines ! This edition of Company even performed with John Zorn in NYC (see also IST New York featuring John Zorn CCS 40). The IST trio is also featured in one track in the a/l/l CD Audiology 11 Groups In Berlin Total Music Meeting 2001 and their whole concert was found later in IST Berlin ccs 13. This concert marked a white stone in the evolution of the Berlin avant scene.

For myself, one of the pinnacles of such period/time for my feelings and imagination was the quartet issued by « confront recordings london preservation series » under the reference FRONT 10 (the first zero of James Bond’s 007 vanished !) with only 30 minutes of music of Rhodri Davies, Matt Davis, Mark Wastell and a great flutist, Alessandra Rombola. Such short time of playing takes its source with the fact that any London gig is always a three-act-bill since John Stevens and Trevor Watts invited Derek Bailey to share evening dates in the LTC as a soloist improviser in order that there would be at least one listener or two in case of nobody showed up which was very often. I suppose, as Mark wrote me years later, that the copy of this FRONT 10 I got was a bootleg and by now the sound is actually damaged .
Unfortunately, I missed a Confront limited edition cd by the trio Matt Davis/ Phil Durrant / Mark Wastell issued in 50 copies (recorded 2000 at All Angels and reissued now as ccs 24). And I don't find back the first Confront solo of Nikos Veliotis, beta (letter B in greek) as front 08, but managed to get two Cd'r of Texturizer of NK & Coti Kfrom Nikos himself. At the time I become a good customer of Mark Wastell's shop Sound 323 at 323 Highgate. I bought from him the very heavy Charlie Patton Revenant Box and other items. When Mark operated Sound 323, Confront shifted to a regular CD company with austere digipacks. This new Confront policy was launched by Trem as Confront 11, a great solo of Rhodri Davies recorded in 2001, which expressed the new esthetic. A real tremendous sound experience. There was also an interesting silent and almost Raduesque solo of Nikos Veliotis, Radial as Confront 13 and a very silent Foldings by Tetuzi Akiyama, Toshimaru Nakamura, Taku Sugimoto and Mark Wastell with the number Confront 12. So, then, I knew how was New Silence !

 In 2003, FOTC had the trio IST on the bill, with Simon, Rhodri and Mark (I made the picture which is in the  CD Conway Hall on Confront) and their music was more restrained than on Ghost Notes. Sort of small sound events which waited each other to happen. I was staying at Veryan Weston’s home (as i did the other years) and VW told me about the « London New Silence » speaking also about a sort of schism inside the music community. The year before, the Assumed Possibilities quartet  recorded his second cd for the italian label Rossbin with the title Still Point, meaning perhaps « not yet London New Silence » ! Anyway, this is an excellent music in the style of the Davies/ Wastell /Durrant team on the moment of their radical shift. Beautiful "soft" noise music with a lot of nuances and details on the limit of silence. Two years later,  were issued the Confront Collectors Series cd's in convenient coloured plastic case. The word "Case" makes me think that this music was also tagged as lower case. In 2005, while I was performing in London with John Russell, Mark made me very kindly a gift of unwanted object, CCS1, a new sound departure of the IST trio recorded in 2004. Oh yes , I have to note also that during this time, Mark played the double bass (even dedicating one piece to John Entwhistle), the tam-tam, and textures on laptop.
So were the early Confront days…
here : http://www.confrontrecordings.com/#!releases/kps69 


mercredi 17 août 2016

Madame Luckermiddle: Jauniaux Minton Parkins Marclay Otomo Luc Ex Vatcher Weston / Thea Farhadian & Klaus Kürvers / We Free Bréchet McKellar Waziniak / The Fold Tim O'Dwyer

Madame Luckermiddle : Catherine Jauniaux Phil Minton Zeena Parkins Christian Marclay Otomo Yoshihide Luc Ex Michael Vatcher Veryan Weston ccam / vandoeuvre 1235. 1998



Voici l’enregistrement du concert à Musique Action donné par ses amis en lieu et place de celui du nouveau groupe de Tom Cora, Madame Luckermiddle, qui était programmé au Centre Culturel André Malraux avec Tom Cora décédé juste l’avant veille. Soit Tom Cora, violoncelle, Zeena Parkins, harpe et claviers, Luc Ex, basse électrique et Michael Vatcher, batterie. Les membres de Roof sont aussi présents, il  était composé de Tom Cora, Phil Minton, Veryan Weston et Michael Vatcher. Au programme  du répertoire composé respectivement par Minton & Weston, Tom Cora, Catherine Jauniaux. S’ajoute Catherine Jauniaux et, ici et là, les platines de Otomo Yoshihide et de Christian Marclay. Pour qui aime les chanteurs vocalistes qui jouent de tous les registres, cet album est un régal. Le talent de chacun trouve sa place au fil de la performance elle-même centrée sur la problématique de la question sociale, qui reste toujours aussi lancinante. Madame Luckermiddle a perdu son mari, tué sur la chaîne de la conserverie et se résigne à accepter les conditions de son patron (manger à la cantine durant trois semaines) plutôt que de faire un procès pour accident de travail. Malgré sa résignation, elle n’en pense pas moins et c’est tous ces sentiments et sa rage refoulée qui est exprimée ici. Quelques beaux échanges instrumentaux et une ambiance extraordinaire. Pour la contribution vocale de Minton et Jauniaux : 10/10.

eXcavations Thea Farhadian & Klaus Kürvers Black Copper 002


Un très beau duo de cordes sous titré Twelve improvisations for violin and  double bass. Thea Farhadian est une violoniste américaine de la côte Ouest et c’est à Berlin qu’elle rencontra un des contrebassistes les plus actifs de la ville, Klaus Kürvers. Les deux instruments résonnent et vibrent en symbiose donnant à entendre une musique improvisée de chambre du plus bel effet. Klaus Kürvers qui semble un nouveau venu fut impliqué dans les débuts du free-jazz allemand dans les années 60 avant de devenir architecte et historien de l’archictecture à temps plein et un des supporters les inconditionnels des nouvelles musiques et du jazz sans se produire publiquement. Il a suivi les développements du free-jazz et des musiques improvisées à Berlin, haut lieu incontournable pour ses festivals organisés par Joachim Ernst Berendt et FMP, ses clubs comme Flöz et Quasimodo et qui est en devenu la capitale européenne avec ses initiatives innombrables et ses musiciens accourus du monde entier car c’est l’endroit où cela se passe et d’où les groupes en vue rayonnent. Klaus Kürvers s’est remis à jouer en public il y a quelques années dès sa mise à la retraite et a développé un style aisément reconnaissable à l’archet, anguleux, boisé et mûrement construit. Son pizz est élastique à souhait et il affectionne des walking subtilement décalées. Il travaille régulièrement avec Tristan Honsinger et a enregistré avec un superbe quartet de contrebasses pour Evil Rabbit, Sequoia avec Miles Perkin, Andrea Borghni et Meinrad Kneer. Thea Farhadian est une violoniste, performer et compositrice basée à San Francisco et Berlin. Après de solides études musicales, entre autres la musique électronique au Mills College et un MFA au Interdisciplinary Arts à l’Uni S.F. State et l’étude la musique Classique arabe avec Simon Shaheen, elle a travaillé au Berkeley Symphony Orchestra  sous Kent Nagano, dirigé un festival de cinéma Arménien à NYC , effectué plusieurs résidences entre la Californie, le STEIM à Amsterdam, la Jordanie et Londres, créé  de la musique pour la vidéo expérimentale et réalisé plusieurs projets mêlant composition pour violon et électronique avec un intérêt marqué pour l’improvisation. Il y a un réel raffinement dans la conjonction de leurs deux univers acoustiques. Sensibilité, sens architectural, empathie sonore, une grande écoute, émotion tangible, douze compositions de l’instant ou improvisations tendues vers un résultat final focalisé sur la musicalité plein d’équilibres et quelques tiraillements en multipliant les idées, les écarts, les tensions, la fusion ou la différence…. Chaque pièce est un petit voyage à lui seul et apporte des timbres nouveaux, des échanges qui transforment constamment la perspective et notre perception de leurs sonorités. Les couleurs sombres et fantomatiques de la contrebasse étirée s’unissent aux lueurs zébrées et fugitives du violon contemporain aux nuances infinies. Même s’ils recherchent un aspect construit et logique dans leurs improvisations vers des pièces musicalement abouties, Thea et Klaus jouent le jeu de l’improvisation jusqu’au bout. Elle a une maîtrise superbe des nuances du dodécaphonisme et des techniques alternatives et il va chercher l’intimité des sons boisés avec une réelle expertise faisant vibrer les cordes au plus fin. On leur décernera le prix Johannes Rosenberg de l’année 2016 dont les récipiendaires précédents furent entre autres en 2015 Live at Mosteiro Santa Clara a Velha  Carlos Zingaro en solo (label Cipsela) et auparavant August Poems de Phil Wachsmann et Teppo Hauta-Aho  et Imaginary Trio de Wachsmann, Bruno Guastalla et Dom Lash sur Bead Records, Live in Puget Ville de Barre Phillips et Malcolm Goldstein sur Bab Illi Lef, sans oublier les Kryonics de Jon Rose, Matthias Bauer et Alex Kolkowski publié par Emanem. Pour en savoir plus : http://orynx-improvandsounds.blogspot.be/2011/11/johannes-rosenbergs-list-of-recommended.html
C’est vous dire la haute tenue qualitative de leur musique librement improvisée.

Strange but True : We Free Kings Pascal Bréchet - Colin Mc Kellar - Thierry Waziniak  Hôte Marge 12

Un power trio dynamique multi-directionnel avec le guitariste Pascal Bréchet (aussi sitar et effets), le contrebassiste Colin Mc Kellar (looper et effets) et le batteur Thierry Waziniak. Douze compositions de deux à quatre ou cinq minutes pour la plupart et deux au-delà , 9 : 04 et 7 : 41. Lors du concert auquel j’ai eu le plaisir d’assister, ils jouaient de longs enchaînements et , ayant été invité à monter sur scène, j’ai pu apprécier la grande qualité de leur écoute. La pochette dit : « Toute la musique a été improvisée sur l’instant, pas d’ajout, pas de retrait ». Comme quoi, depuis les temps héroïques où Bailey, Parker, Lytton, Brötzmann, Bennink et Van Hove étaient quasi les seuls à jouer l’improvisation totale, celle-ci est devenue presqu’un lieu commun dans la pratique musicale d’un nombre exponentiel d’artistes de tout bord et on a l’impression que c’est devenu un moyen pour créer de la musique dans une quantité de styles différents qui va du classique contemporain ou du free-jazz au rock d’avant-garde. Un trio de ce genre avec une telle démarche il y a trente ans aurait à coup sûr écrit des compositions. Donc We Free (référence à l’album de Roland Kirk) crée des ambiances avec des sonorités recherchées et des cadences invisibles et la musique pourrait être cataloguée comme étant du post-rock, le premier morceau évoquant le guitariste Phil Miller . Il faut souligner, l’intelligence musicale, le sens de la dynamique et l’inventivité du guitariste Pascal Bréchet. J’avoue être assez allergique aux effets multiples et croisés à la guitare électrique dans l’impro pour la simple et bonne raison que pas mal de guitaristes saturent le son, confondent énergie physique et un mauvais contrôle de l’amplification au travers de la table de mixage et du P.A. ou que ce n’est pas adapté à l’espace. Bref un côté bouillie agressive, mais pas incisive, tranchante, souple et on ne maîtrise pas le B A BA de la musique électronique, car il s’agit de musique électronique sous une forme ou un autre. C’est pas mal de choses de ce genre qu’évite Pascal Bréchet  en sus d’être un guitariste subtil au niveau des doigts et des deux mains, tant la gauche sur le manche que la droite entre la fin de la touche et le chevalet. Thierry Waziniak est un excellent batteur polyrythmique, assez discret dans cet album, il s’agit de leurs débuts en trio. Thierry a joué intensément avec feu Jean-Jacques Avenel et Gaël Mevel. Quant à Colin Mc Kellar, le contrebassiste, est un British résident dans le Nord de la France et il trafique le son de la contrebasse de façon originale (Instabile). On lui doit d’avoir très judicieusement rassemblé ce trio, idée à la quelle les deux autres (et un batteur jazz pur jus !) se sont ralliés faisant de We Free un véritable collectif. Au stade de leur évolution à laquelle ils étaient arrivés lors de l’enregistrement, on les entend créer des atmosphères électrisantes, fugaces, en étageant les couches de manière mouvantes, dynamiques et une variété remarquable de couleurs sonores et de textures. C’est une démarche intéressante et qui préfigure leur superbe et très long concert de Bruxelles où les éléments ouïs ici sont été transfigurés avec un surcroît de vie et de risques, s’enchaînant dans une dimension supérieure après un échauffement progressif pour atteindre une vitesse de croisière et une communion interpersonnelle de très haut niveau. Les amateurs de psychédélique auraient été sciés. Le batteur s’impliquait à fond avec un sens remarquable de l’équilibre sonore au sein du groupe. Il a trouvé la dynamique idéale tout en exploitant toutes les possibilités de timbres et des pulsations (jeu free) avec toute l’énergie voulue comme on l’entend dans Brimming Over et Between the Material and the Skin. Ah oui, le guitariste n’en fait jamais trop pour soigner la qualité sonore, mais quand il se lâche, c’est  un feu d’artifice ! Et le bassiste crée du liant avec un vrai bon sens tout en sachant se mettre en avant avec des boucles déjantées. Strange But True me semble donc une bonne introduction à un excellent groupe qu’il faut vraiment avoir entendu sur scène si on veut faire l’expérience d’une musique post-rock improvisée de premier plan.

Tim O’Dwyer The Fold (Köln Project) Leo Records Leo CD LR 721



J’ai découvert le saxophoniste Tim O’Dwyer avec le duo The Mirror Unit  dans un cédé particulièrement enthousiasmant avec un autre saxophoniste, Georg Wissell : Wind Makes Weather  / Creative Sources CS 311. Fabuleux ! Le  projet The Fold consiste en une subtile imbrication écriture / improvisation faisant appel à deux musicien arabes traditionnels, Bassem Hawar au djozé, une petite vielle à archet, et Saad Thamir au tambour sur cadre et à la voix, le tubiste Carl Ludwig Hübsch et le clarinettiste Carl Rosman. Il s’agit d’un projet complexe où chaque musicien est à la fois compositeur, interprète, improvisateur et je dirais même improvisateur collectif. Dans ce projet, il est question des cartes du Tarot qui servent à mettre en place les structures musicales dans leur succession et leur imbrication. Le rôle de Tim O’Dwyer est de d’avoir conçu le projet et de diriger l’ensemble. Il s’agit d’un processus de co-comprovisation interactive. J’ajouterai encore qu’il y a un parallèle à faire avec le concept de xenosynchronicity (cher à Frank Zappa) auquel s’attache un grand créateur d’aujourd’hui, le contrebassiste - compositeur Simon H Fell. En effet, on entend Bassem Hawar et Saad Thamir jouer une musique de forte inspiration traditionnelle alors que Carl Ludwig Hübsch joue quelque chose qui s’apparente au jazz contemporain ou au free radical et O’Dwyer improvise « non-idiomatiquement alors que les sons de Carl Rosman oscille entre le classique vingtiémiste ou lamusique modale d’obédience orientale. Bref, il y a plusieurs esthétiques qui cohabitent, s’intègrent, fusionnent ou collisionnent, des parties modales et rythmées par le tambour sur cadre, du minimalisme sonore, du free éclaté, etc… O’Dwyer est vraiment un saxophoniste surprenant quand il jongle avec les sonorités, le son du djoze de Bassem Hawar est très proche de celle de la voix humaine et Hubsch est un superbe tubiste. The Fold signifie le Pli et dans le cadre du Tarot, le Pli de Cartes constitue un faisceau de destinées en devenir qu’il faut élucider. Le projet de The Fold tourne autour d’un Pli de cinq visions musicales auquel Tim O’Dwyer insuffle un esprit créatif et original avec le concours enthousiaste et subtil de ses coéquipiers.  Je salue cette production pour la qualité du travail accompli et pour ses potentialités bien réelles.

jeudi 11 août 2016

Daunik Lazro-Joëlle Léandre-GeorgesLewis / Jean-Luc et Cécile Capozzo / Fail Better ! Luis Vicente Joao Pais Filippe Jose Miguel Pereira Joao Guimaraes Marcelo Dos Reis / Brian Groder trio w Michael Bisio & Jay Rosen

Daunik Lazro Joëlle Léandre Georges Lewis Enfances à Dunois le 8 janvier 1984 FOU Records FR CD 18



Extraordinaire album avec un Georges Lewis complètement alien démontant et remontant son trombone pour trouver des timbres inouïs, un Daunik Lazro survolté et agressif au sax alto et une Joëlle Léandre en pleine possession de ses moyens vocaux (délirante !) et très attentive à la contrebasse. C’était l’époque où les musiciens improvisateurs découvraient de nouveaux territoires et le public allait de surprises en surprises. Sans doute, Enfances est le meilleur exemple enregistré de concert réussi pour ces deux aventuriers de la scène musicale française quand le Dunois était le lieu où cela se passait au début des années 80. Le travail à l’archet de Joëlle Léandre est un régal et le lyrique Daunik Lazro est la passion incarnée. On s’est parfois senti perplexe pour les interventions « théâtrales » de Joëlle Léandre dans la relation avec ses coéquipiers. Un musicien allemand de premier plan et très sérieux qualifiait sa démarche par le terme aktionnismus. Ici se fait jour une symbiose  merveilleuse entre son chant et son jeu de contrebasse qui rend sa présence excitante. La démarche du saxophoniste se distingue du tout venant free-jazz, il est perpétuellement à l’écoute, n’apportant que du bois sec et de l’air pour activer le foyer. L’intelligence et la sensibilité musicale de George Lewis et ses incartades sonores inouïes, son jeu sensible et virtuose, confèrent à ce trio une dimension supplémentaire, inspirante pour ses deux camarades de scène. Bref un trio de très haut vol qu’on a envie de réécouter encore et encore tant il regorge d’instants secrets qu’on voudrait inoubliables. Joëlle Léandre aurait-elle publié cet enregistrement en lieu et place de son premier opus, Les Douze Sons (Nato), un album anthologique un peu trop de bric et de broc malgré un personnel incroyable (Bailey, Barre Phillips, Lewis, Reyseger, Nozati, Schweizer), il se serait inscrit aux côtés des articles incontournables incarnant irrévocablement l’improvisation libre. Car il s’y passe tant de choses dans un seul concert… Dix morceaux intitulés Enfance de 1 à 10 qui vont du très court ou nettement plus long : Enfance 5 compte 19 : 33. Cette suite se révèle passionnante par sa succession de propositions, de contradictions, d’emballements, de trouvailles, de retrouvailles, de coups de théâtre, d’échappées, de réflexions, de connivence, de coq-à-l’âne… . Chaque duo (GL – JL, GL – DL, JL – DL) tire le suc de la combinaison instrumentale et les trios vont dans de multiples directions assez peu descriptibles dans le détail, un véritable patchwork mené par une logique imparable et le feeling de l’instant. Comme signalé plus haut, la contrebassiste y révèle son jeu d’actrice parfaitement consommé. Il est question d’une publicité pour un produit qui sert à  astiquer le bois de la contrebasse et qui se termine aux cris de « Papa, Papa, Papa ! ». J’y trouve le plaisir fou de jouer et une spontanéité exubérante, des idées fantastiques ou tout-à-fait folles, la conjonction inespérée de la flamme de Lazro et son timbre acéré, du chant déjanté de Léandre en complet accord avec une contrebasse à l’archet qui musarde et les bruissements / éructations dingues de Lewis au trombone … . Il faut se souvenir que Georges actionnait  la coulisse avec l’embouchure contre ses lèvres ou sa joue et que cela produisait des timbres et des sons bruitistes étonnants. Il fallait le voir pour le croire : une véritable basse-cour ! On trouve une partie de ce même trio inclus dans les enregistrements publiés par Hat Art avec les fameuses pochettes / emballages postaux cartonnés au bord rouge sous le nom de Daunik Lazro et le titre Sweet Zee. Il est ici réédité dans son intégralité ! L’urgence et la folie douce de ce trio est restée intacte depuis 32 ans.

Zero Sum : Fail Better ! Luis Vicente Joao Pais Filippe Jose Miguel Pereira Joao Guimaraes Marcelo Dos Reis JACC Records.
Owt : Fail Better ! Luis Vicente Joao Pais Filippe Jose Miguel Pereira Joao Guimaraes Marcelo Dos Reis No Business Records NBLP 91 (album vinyle).

Fail Better est extrait d’une citation de Samuel Beckett qui dit en gros : essaye, échoue, essaye encore, échoue, recommence mais échoue mieux. Un des principes constants de l’improvisation. Fail Better ! est le nom du quintet composé lui-même de formations existantes. La trompette de Luis Vicente, la batterie de Joao Pais Filippe, la contrebasse de Jose Miguel Pereira, le sax alto de  Joao Guimaraes et la guitare électrique Marcelo Dos Reis. JACC  pour Jazz Librement improvisée et enregistrée en février 2013 à Coimbra dans la Salao Brazil, leur musique utilise des points de repère et des balises mélodiques et modales. Le jeu remarquablement lyrique et passionné du trompettiste s’envole dès le premier morceau, pendant que la contrebasse fait vibrer un drone et que les percussions colorent. Improvisations libres dans une aire jazz free où affleurent subtilement des sons et une approche sonique plus radicale comme le duo percussion guitare du troisième morceau qui entraîne le reste du groupe dans une tentative totalement libertaire. Si la chronique du cd précédent (Enfances de Lazro Léandre Lewis FOU Rds) soulignait l’effet patchwork comme étant une dérive décidée dans l’extrême instant, une échappée centrifuge de multiples désirs, Fail Better fonctionne comme la confluence de plusieurs pratiques improvisées entre le jazz contemporain et l’improvisation libre avec une  volonté de cohérence orchestrale tout en créant un effet patchwork. On joue très « ensemble » en quelque sorte. Les structures de la musique sont relativement simples et épurées, un brin minimalistes à certains moments de la part du percussionniste et du contrebassiste. Mais le batteur peut se mettre à tirer des sons pointus qui attirent l’écoute à la Paul Lovens ou Roger Turner. Le guitariste tutoie parfois le blues de loin ou saute à pieds joints au-dessus de la bienséance jazzy. Le trompettiste est très souvent en point de mire dans la plupart des morceaux avec son style lyrique et polymodal, quasiment accompagné par les autres dans certaines séquences. Le saxophoniste intervient ici et là bien en symbiose avec l’ensemble. Et c’est bien là la principale caractéristique de ce vrai collectif : une grande cohérence en essayant de marier la chèvre et le chou avec talent pour créer une musique qui s’écoute avec un vrai plaisir.

Et ce plaisir est renouvelé dans OWT, nouvel album de Fail Better ! lui aussi enregistré à la Salao Brazil et publié par No Business Records. Cela démarre en évoquant Don Cherry. La caractéristique du groupe est de jouer du jazz très libre en incorporant des sonorités propres aux recherches de l’improvisation libre, des drones, des répétitions de pulsations, de sons et de timbres originaux. Un jazz expérimental en quelque sorte, lyrique mais attiré par la radicalité. On assiste à l’épanouissement de leur démarche plus d’un an après leur premier opus (Zero Sum février 2013 – Owt avril 2014). Cette musique devrait être judicieusement programmée  pour mettre un public « vierge », sensible à Miles Davis ou Chet Baker, sur la piste de musiques différentes, audacieuses. Un parti pris de simplicité. Et cela sans concessions à une quelconque mode façonnable. La facture en est claire, logique, équilibrée et la démesure poétique s’instille toujours à un moment inattendu. Circular Measure évoque irrésistiblement  l’Afrique et l’Art Ensemble et c’est le seul morceau « foisonnant » de ce très beau vinyle. Bref, du jazz libre basé sur des échelles modales, inspiré et plein de fraîcheur avec des audaces sonores. Tout est senti, vécu, spontané et assumé. Écoute recommandée si vous voulez vous faire plaisir sans vous gratter la tête.

Soul Eyes Jean-Luc Capozzo et Cecile Capozzo FOU Records FR CD 15.



Le label FOU de Jean Marc Foussat nous livre ici un beau cadeau musical pour une superbe (re)lecture de compositions intemporelles de Mal Waldron et Charlie Mingus en forme de medley impromptu par le superbe trompettiste Jean-Luc Capozzo et sa fille Cécile, une pianiste sensible et enjouée. Cécile, très à l’aise avec les thèmes développés et explorés, crée une trame sur laquelle le paternel souffle de manière inspirée. Tous deux cherchent à étirer les possibilités enfouies au cœur du matériau musical mingusien et  waldronien. Les « dérapages » free sont fréquents et alternent avec des variations subtiles sur la mélodie et les accords  No More Tears enchaîne sur un Goodbye Pork Pie Hat extrapolé, disséqué qui lui même se dissout en blues dans lequel surnage les notes de Nostalgia in Time Square. Tout cela sur 24 minutes. Deuxième plage : Soul Eyes au ralenti, suspendu dans le vide, intimiste et désenchanté comme si l’âme de John Coltrane (pour qui Mal Waldron avait écrit cette magnifique composition dont J.C. a gravé LA version dans Coltrane ! ). Le comping s’anime et nous avons droit à un solo de trompette qui retrace les écarts possibles de la mélodie en évoquant d’autres. Les deux musiciens créent un bel équilibre en improvisant simultanément avec des emprunts nuancés au blues. La musique prend le temps d’être jouée, écoutée, ressassée, réitérée dans les détails. Cécile s’élance seule, éclairée ensuite par un superbe contre chant en piano de la trompette pour rejoindre un Pithécanthropus Erectus déconstruit ce qui donne lieu à une suite de calls and responses avant que le Pithécanthrope de Mingus se redresse avec de beaux décalages du jeu de ses deux mains sur le clavier. On évoque Monk par instants sans y prendre garde. Cela fait 13 minutes de bonheur. Pour clôturer une belle version introvertie de The Seagulls of Kristiansund que Mal avait immortalisé avec Steve Lacy, Manfred Schoof, Jimmy Woode (un bassiste d’Ellington) et Makaya Ntshoko (One Upmanship Enja 1977). Une fois délivré le thème et la belle improvisation de Jean-Luc , le piano en donne une vision très différente que celles millimétrées que Waldron réalisait en concert. Avec la reprise du trompettiste tout en douceur,  le vol de la mouette s’estompe vers le silence. Voici donc un beau travail de ré-incarnation du jazz historique sans aucun passéisme ni nostalgie. J’aimerais bien entendre le père Capozzo avec un Ran Blake, si c’est possible un jour.

R Train on the D Line Brian Groder Trio Latham Records



Ce n’est pas la première fois que je chronique un disque en trio du trompettiste et bugliste (flugelhorn) Brian Groder avec ses deux acolytes, le contrebassiste Michael Bisio et le batteur Jay Rosen. Si j’y reviens, c’est que la musique (jazz moderne contemporain) est excellente et authentique. J’ai aussi une pensée émue pour le contrebassiste Dominic Duval, disparu il y a quelques jours à l’heure où j’écris ces lignes. Dominic a formé une paire mémorable avec Jay Rosen auprès de Joe McPhee ou d’Ivo Perelman  et Michael Bisio joue beaucoup avec les mêmes musiciens. C’est dire à quelle famille musicale appartient le trompettiste New-Yorkais qui fait d’ailleurs  référence au métro de NYC dans le titre de son bel album. Huit compositions de quatre à huit minutes avec un maximum de 9 :57 pour Retooled Logic, un titre qui souligne l’aspect recherché voire savant de la musique de Groder, faite de modes particuliers et de soubresauts rythmiques artistement articulés par un tandem basse batterie exemplaire. Contrebasse élastique à souhait tenue d’une main ferme et jeu de batterie léger et aéré. Vous conviendrez que les trios trompette basse batterie ne sont pas légion, on se souvient des trios de feu  Roy Campbell. Musicalement le trio de Groder joue à ce niveau, mais en comparaison avec une relative retenue et un lyrisme plus introverti. Toute l’attention de Groder est de phraser avec précision et application sur le rythme et les intervalles du thème (assez sobre). Les cadences sont truffées de subtilités rythmiques et le trompettiste Brian Groder a un style et une esthétique personnels qui tiennent la route sur toute la longueur des cinquante minutes du parcours de son R Train sur la Ligne D. On ne peut qu’applaudir : cette musique démontre la grande probité artistique et musicale de ce musicien au-delà du solide savoir faire. Les intervalles de chaque mode et les nuances qui peuvent en découler sont exploités avec obstination et ce n’est pas une sinécure ! Contrôler le son d’une trompette et surtout d’un bugle avec de tels écarts de notes et faire sens musicalement comme Groder le fait est tout-à-fait enthousiasmant. C’est un peu jésuite pour une partie du commun des mortels qui cherche dans le jazz la marque de l’exploit athlétique. Les ignares ont dit ça aussi de Steve Lacy. On n’entendra pas ici de trompettristerie  propre à racoller les chalands et de dégoulinants chapelets de notes exhibitionnistes qui cachent assez souvent le peu de capacité à phraser une improvisation sur la mélodie. Rien que du bel ouvrage ! En bref, je vote pour. Bien que je cours pas après le jazz moderne vu que j’ai tellement à faire dans l’improvisation radicale, j’avoue que des artistes  comme Groder, Rosen et Bisio sont l’honneur d’une vocation trop bafouée.